En route vers 2020, quelles leçons apprises ?


Les élections de 2015 ont créé un climat de méfiance au sein de la communauté burundaise. Seule le dialogue reste la voie la plus sûre pour pouvoir réconcilier les esprits. Il permettrait de méditer sur les leçons apprises de ce processus et de trouver remèdes aux manquements.



Par: Isanganiro , mardi 1er septembre 2015  à 21 : 23 : 53
a

Lors d’un atelier organisé par Initiatives et changement Burundi-Tugenderubuntu sur l’état des lieux de l’environnement sociopolitique, les participants issus de différents partis politique, de la société civile et organisations religieuses ont convergé sur l’insécurité qui a caractérisé les élections de 2015 surtout en Mairie de Bujumbura, comme indiqué par Léonidas NIJIMBERE président de l’organisation Initiatives et Changement.

Dans son exposé intitulé « le processus électoral touchant à sa fin, quelles sont les leçons apprises ? », Frère Emmanuel NTAKARUTIMANA du Centre Ubuntu, a insisté sur ce qu’il a qualifié de ‘syndrome d’immunodéficience électoral’ qui a divisé les burundais dans les récentes élections, un syndrome qui doit être éradiqué pour espérer un Burundi meilleur.

Il regrette que des aides de l’étranger viennent à compte-goutte et que l’impôt n’est plus perçu comme avant la tenue de ces élections et cela dit-il relève du climat les ayant caractérisé.

Selon lui, les burundais devraient tirer des leçons de l’histoire en matière électoral et adopter la logique du gagnant-gagnant pour un nouveau dynamisme dans la ligne du développement. Pour espérer ce dynamisme le dialogue reste la voie la plus sûre, martèle-t-il.

Selon Dieudonné GAHUNGU de la Coalition de la société civile pour l’Observation et le Monitoring des Elections (COSOME), les élections n’ont pas été inclusives. Toutefois, note-t-il, le dialogue vaut mieux que la force. Même son de cloche au parti CNDD. D’après Gaspard KOBAKO de ce parti, la meilleure voie de sortie repose sur le dialogue entre le gouvernement burundais et ses opposants.

Alors que certains participants suggèrent un autre organe de gestion du fonctionnement des partis politiques, Jérémie KEKENWA, président du Forum des partis politiques du Burundi, estime que cela ne serait qu’une immixtion dans ces partis, leur gestion, selon lui, étant du ressort du ministère de l’intérieur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

385 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 61 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 26 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 20 %)

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 19 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 18 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 18 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 16 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 16 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 14 %)

Le chef des Renseignements burundais remplacé,(popularité : 14 %)