Assassinat du Lieutenant Général NSHIMIRIMANA et Colonel BIKOMAGU : des enquêtes continuent


4 militaires présumés auteurs de l’assassinat du Lieutenant Général Adolphe NSHIMIRIMANA étaient à la barre ce Mardi. Dans un communiqué de presse , le Procureur Général de la République Valentin BAGORIKUNDA indique par ailleurs que les enquêtes se poursuivent pour le cas Bikomagu



Par: Isanganiro , mercredi 2 septembre 2015  à 12 : 07 : 58
a

Ces quatre suspects qui s’ajoutent aux 5 autres appréhendés et accusés d’implication dans l’assassinat du Lieutenant Général Adolphe NSHIMIRIMANA ont comparu ce mardi dans l’après-midi devant les officiers du Ministère public au parquet Général de la République.

Cette comparution s’inscrit dans le cadre de la poursuite de l’instruction pré-juridictionnelle dans cet assassinat.

Dans un communiqué de presse sorti ce mardi, le Procureur Général de la République Valentin BAGORIKUNDA donne l’identité des quatre autres suspects : il s’agit du premier sergent Major BIGIRUMUGISHA Cadeau ; les agents de police chef MIBURO Mathias ; NIMUBONA Rénovât et NIYONKURU Philibert.

Ce communiqué de presse indique par ailleurs que les enquêtes sur l’assassinat du Colonel Jean BIKOMAGU sont toujours en cours ;

Le Procureur Général de la République affirme que le Ministère public est entrain de rassembler les éléments de preuve en vue de l’identification de l’auteur de l’assassinat du colonel Jean BIKOMAGU.

Le Chef de l’Etat avait accordé une semaine aux instances habilitées pour traquer les assassins de feu Colonel BIKOMAGU ; mais trois semaines après sa mort, ses assassins courent toujours.

Le colonel Jean BIKOMAGU a été tué en date du 15 Aout deux semaines après l’ assassinat du Lieutenant Général Adolphe NSHIMIRIMANA tué le 2 Aout du même mois de l’année en cours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

610 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Trois organisations plaident pour la libération du président de l’Aprodh,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 4 %)

Burundi : L’hémicycle de Kigobe remplace 3 commissaires de la CVR,(popularité : 4 %)

Troubles au sein de la prison centrale de Gitega,(popularité : 4 %)

La famille Kamatari crie à l’injustice,(popularité : 4 %)

Fidèle Nsengumukiza arrêté à la RPA ,(popularité : 4 %)

Congo : Un an près leur assassinat, toujours pas de justice selon HRW ,(popularité : 4 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 3 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 3 %)