Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l’humanité


Le 3 septembre 2015, les déclarations liminaires dans le procès de Bosco Ntaganda devant la Chambre de première instance VI de la Cour pénale internationale (CPI) se sont conclues avec les déclarations des Représentants légaux des victimes, Maîtres Sarah Pellet et Dmytro Suprun, et de l’équipe de Défense de M. Ntaganda, menée par le Conseil de la Défense Maître Stéphane Bourgon. M. Ntaganda a également fait une déclaration sans serment à la Chambre.



Par: Isanganiro , vendredi 4 septembre 2015  à 13 : 50 : 09
a

Le procès s’est ouvert le 2 septembre 2015 avec les déclarations liminaires de l’Accusation. La présentation des preuves de l’Accusation débutera le 15 septembre 2015.

On s’attend à ce que le procès dure plusieurs mois. Durant la première partie du procès, le Bureau du Procureur présentera l’ensemble des moyens de preuve dont il dispose, soumettant à l’examen des juges un grand nombre des documents qu’il a compilé en l’affaire, ainsi que des enregistrements vidéo. Il citera également des témoins. Une fois qu’il a terminé d’interroger un témoin, la Défense aura l’opportunité de le contre-interroger.

Dès que l’Accusation aura terminé sa présentation, probablement dans quelques mois, il reviendra à l’Accusé, avec le concours de son Conseil, de présenter sa Défense. A l’appui de sa thèse, l’équipe de Défense peut faire comparaître un certain nombre de témoins. Ceux-ci seront interrogés par le Conseils de Défense et contre-interrogés par l’Accusation.

2149 personnes participent au procès en tant que victimes et sont représentées par leurs représentants légaux, Maîtres Sarah Pellet et Dmytro Suprun, qui présenteront leurs vues et préoccupations dans la salle d’audience.

Le procès se tient devant la Chambre de première instance VI, qui est composée de M. le juge Robert Fremr, juge président, de Mme la juge Kuniko Ozaki et de M. le juge Chang-ho Chung. Les juges veilleront à ce que le procès soit conduit de façon équitable et avec diligence, dans le plein respect des droits de la défense, de l’égalité des armes et du principe du contradictoire, ainsi qu’en tenant dûment compte de la nécessité d’assurer la protection des victimes et des témoins.

Contexte : Bosco Ntaganda, ancien chef d’état-major général adjoint des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) est accusé de 13 chefs de crimes de guerre (meurtre et tentative de meurtre ; attaque contre des civils ; viol ; esclavage sexuel de civils ; pillage ; déplacement de civils ; attaques contre des biens protégés ; destruction de biens de l’ennemi ; et le viol, esclavage sexuel, enrôlement, et conscription d’enfants soldats âgés de moins de quinze ans et leur utilisation pour les faire participer activement à des hostilités) et de 5 chefs de crimes contre l’humanité (meurtre et tentative de meurtre de civils ; viol ; esclavage sexuel ; persécution ; et transfert forcé de populations) qui auraient été commis en 2002-2003 en Ituri, en RDC. M. Ntaganda est actuellement détenu par la Cour.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

857 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message