Suspension de la coopération Germano -Burundaise : manque à gagner de 54 milliards de FBU


Avec la suspension de la coopération bilatérale avec l’Allemagne, le budget général de l’ Etat Burundais affiche un déficit de 54 milliards de FBU en 2015 équivalent à la quote-part allemande au titre des dons budgétaires .



Par: Isanganiro , vendredi 4 septembre 2015  à 14 : 35 : 07
a

Dans une note verbale de la République Fédérale d’Allemagne du 5 juin 2015 transmise au ministère Burundais des relations extérieures, le gouvernement Allemand décide de suspendre jusqu’à nouvel ordre les activités de ses programmes et projets au Burundi. Selon cette note, le respect des droits humains, des principes démocratiques, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance qui constituent une base importante pour cette coopération que le Burundi avait promis de remplir, « ont été gravement violés ».

Cette suspension concerne toutes les agences allemandes gouvernementales GIZ, KFW et BGR.

Ces agences interviennent en grande partie dans les secteurs de l’eau et assainissement, le secteur minier, la santé, l’adaptation aux changements climatiques. Pour cet exercice en cours, le Burundi attendait du gouvernement allemand plus de 54 milliards en dons budgétaires repartis comme suit :

Eau et assainissement

29 377 697 443

Adaptation /changement climatiques

1 576 603 098

Eau et assainissement/PROSCEAU

7 474 977 861

Décentralisation et lutte contre la pauvreté

5 133 601 682

Gouvernance/Secteur minier

927 238 469

Changements climatiques/Nord du Burundi

587 553 948

Santé et mesures complémentaires

5 313 107 389

Fonctionnement de la police

979 256 580

Interconnexion aux réseaux électriques des Grands lacs

2 851 926 154

Total

54 221 962 624




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

993 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par NIZIGIYIMANA DEO   ce  vendredi 4 septembre 2015   à 16 : 26 : 54

Et remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis, était si ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes suppositions des sceptiques n’étaient pas capables de l’ébranler, je jugeai que je pouvais la recevoir, sans scrupule, pour le premier principe de la philosophie, que je cherchais.

d‘après,
René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 9 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 2 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 2 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)