Vers la fermeture du port commercial de Rumonge ?


Les bateaux qui relient Rumonge à Kigoma en Tanzanie sont devenus plus que rares au port commercial de Rumonge. Ceux reliant Rumonge ont déjà commencé à suivre le mouvement. Les congolais estiment exorbitante la taxation de l’Office Burundais des Recettes.



Par: Isanganiro , dimanche 6 septembre 2015  à 08 : 22 : 46
a

Depuis bientôt deux mois, les bateaux faisant le transport Rumonge –Kigoma via le lac Tanganyika ont réduit leur fréquence au port commercial de Rumonge. Un bateau en moyenne et par mois effectue ce trajet selon de petits commerçants rencontrés à ce port. Les taxes douanières appliquées par l’OBR (Office Burundais des Recettes) sur les produits importés de la Tanzanie doublées des frais d’accostage de 200 dollars américains par bateau ne sont pas de nature à encourager ce trafic selon les mêmes sources.

Les bateaux congolais ont commencé à suivre le mouvement depuis deux semaines. Lesdits bateaux ne reviennent pas quand ils retournent en R.D.C. Selon certains de ces congolais interrogés, ils travaillent à perte avec l’application de la taxation au kilo de leurs marchandises contrairement aux taxes antérieures. Avec les frais d’accostage exigés par l’Autorité Maritime, Portuaire et Ferroviaire à Rumonge, le climat n’est plus d’affaires à Rumonge selon ces congolais.

Les petits commerçants burundais, les échangeurs de monnaies, les dockers et toutes les personnes qui vivaient grâce à ce port redoutent déjà sa fermeture et demandent au gouvernement burundais de revoir ces mesures dans le sens de leur survie.

Il n’y aura pas de fermeture de ce port, rassure Félix Nkurunziza, Directeur des opérations douanières à l’OBR. Selon lui, la loi doit cependant être respectée. Il reconnait que la taxation forfaitaire au départ appliquée par l’agent de l’OBR à Rumonge sur les produits congolais n’avait aucune base légale. Elle doit donc se distinguer de celle appliquée sur les produits tanzaniens, donc de l’EAC (East African Community) à laquelle le Burundi et la Tanzanie ont adhéré.

Au Directeur des opérations douanières à l’OBR de demander aux congolais d’attendre l’adhésion de leur pays à la communauté. Du reste, poursuit-il, l’OBR est une institution technique et n’envisage ni la fermeture de ce port ni une quelconque révision de la mesure, à moins qu’une décision politique ne soit prise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

482 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 12 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 2 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 2 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 2 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 2 %)

Une probable porte vers la corruption ,(popularité : 2 %)