Bubanza : la justice marche au ralenti pendant les vacances judiciaires


Les frais de descente sur terrain et la fourniture de carburant qui ont été suspendus au ministère de la justice, il y a trois ans, ont freiné les activités lors des vacances judiciaires en province Bubanza. Seul sept procès ont été mis en exécution au cours du mois d’août dernier pendant les vacances judiciaires et 11 procès ont été appelés en audience publique.



Par: Isanganiro , dimanche 6 septembre 2015  à 09 : 58 : 44
a

Les travaux vont au ralenti pendant les vacances judiciaires au tribunal de grande instance de Bubanza depuis bientôt trois ans. Les juges déplorent le fait qu’ils ne reçoivent plus de frais de descente sur terrain de même que le carburant pour y arriver, ce qui retombe directement sur les justiciables qui ne cessent de se lamenter.

« Je ne comprends pas pourquoi ma parcelle ne m’est jamais remise alors que j’ai gagné le procès depuis février 2014. Les jugent me répondent toujours indifféremment et me prient d’attendre et je ne sais pas jusque quand je vais attendre », déplore Pascal Masabarakiza de la colline Ntamba en commune Musigati qui avait un conflit foncier avec son frère.

Evelyne Ndayisenga, vice-présidente du tribunal de grande instance de Bubanza reconnaît que les justiciables sont mécontents et explique que la mise en exécution des procès et les audiences publiques pendant les vacances judiciaires vont au ralenti suite au manque de descente sur terrain et le carburant pour faciliter le déplacement vers les différentes collines de cette province de Bubanza.

« Il y a trois ans que cela a été suspendu et ça a perturbé les travaux lors des vacances judiciaires. Nous faisons ce qui est à la hauteur des moyens dont nous disposons », regrette cette jeune femme vice-présidente du tribunal de grande instance de Bubanza.

Evelyne Ndayisenga précise également qu’auparavant lorsque le tribunal de grande instance de Bubanza recevait encore les moyens en provenance du ministère de la justice, les juges parvenaient à mettre en exécution au moins 120 procès au mois d’août des vacances judiciaires, mais voilà qu’actuellement, ils vont jusqu’à sept procès seulement.

Elle dit aussi qu’actuellement il n’y a pas de planification des travaux des vacances judiciaires alors qu’auparavant on devait nécessairement faire un planning.

Concernant les données des détenus à la prison centrale de Bubanza, le directeur de cette maison pénitentiaire n’a pas voulu les mettre à la disposition d’Isanganiro, renvoyant plutôt à la direction générales des affaires pénitentiaires.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

169 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 4 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 3 %)

Le droit à la vie est en danger,(popularité : 3 %)

La Cour Africaine des Droits de l’Homme en mission au Burundi, l’AJNA satisfaite,(popularité : 3 %)

Vers une amélioration des conditions de détention,(popularité : 3 %)

Le SYMABU lance un préavis de grève,(popularité : 3 %)

Ngendakumana relaché une journée après son arrestation ,(popularité : 3 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 2 %)

Pas droit au secret des sources dans la loi sur la presse attendue,(popularité : 2 %)