Avocat sans frontière dénonce les violations des droits de la défense


Depuis le mois d’avril dernier, plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées au Burundi. Des avocats de la défense ont été intimidés, ASF s’en inquiète.



Par: Isanganiro , mardi 8 septembre 2015  à 11 : 52 : 23
a

Dans son communiqué de presse du 5 septembre 2015, ASF constate que les droits des personnes arrêtées sont menacés par les pratiques de certaines autorités qui, selon elle, sont contraires à la loi.

La Chef de mission d’ASF au Burundi dénonce que depuis le début de la contestation du troisième mandat du Président Pierre NKURUNZIZA- fin avril 2015- de nombreuses personnes arrêtées se voient refuser le droit à un conseil et à une représentation indépendante.

Plusieurs témoignages récoltés par ASF rapportent que certains membres des forces de police tentent d’empêcher les avocats d’assurer la défense des personnes détenues.

« La détention illégale d’un avocat par les forces de police le 02 septembre dernier met en lumière les intimidations exercées à l’égard de ces défenseurs des droits », peut-on lire dans ce communiqué.

La Chef de mission d’ASF au Burundi évoque également qu’en juin dernier, un avocat défendant l’un des présumés auteurs du putsch manqué du 13 mai 2015 s’est vu empêché de s’entretenir avec son client et a reçu des menaces liées à sa fonction de défense.

« Plusieurs avocats du barreau de Bujumbura ont également rapporté avoir fait l’objet de pression de la part de membres des forces de police », selon toujours ce communiqué de l’ASF.

Face à ces faits, Céline Lemmel la Chef de mission d’ASF au Burundi rappelle que toute personne arrêtée a le droit d’être assisté par un avocat et de communique librement avec lui. Elle interpelle les autorités judiciaires et politiques à respecter les principes constitutionnelles et légaux du pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

218 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 3 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Le barreau de Bujumbura sommé de quitter ses bureaux,(popularité : 3 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 2 %)

Les réclamations au CFPP de Nyakabiga refont surface ,(popularité : 2 %)

La colère sur les lèvres des syndicalistes de l’Isteebu prône la saisie de la justice ,(popularité : 2 %)

Remous autour d’une école construite en province de Bururi sur contribution de Rutana,(popularité : 2 %)

Le président a été acquitté:La CVR risque d’accoucher d’une souris ,(popularité : 2 %)

Oui, à Muramvya et à Tunis les médias plaident pour sa libération,(popularité : 2 %)

Isanganiro œuvre pour la promotion du dialogue ,(popularité : 2 %)