Avocat sans frontière dénonce les violations des droits de la défense


Depuis le mois d’avril dernier, plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées au Burundi. Des avocats de la défense ont été intimidés, ASF s’en inquiète.



Par: Isanganiro , mardi 8 septembre 2015  à 11 : 52 : 23
a

Dans son communiqué de presse du 5 septembre 2015, ASF constate que les droits des personnes arrêtées sont menacés par les pratiques de certaines autorités qui, selon elle, sont contraires à la loi.

La Chef de mission d’ASF au Burundi dénonce que depuis le début de la contestation du troisième mandat du Président Pierre NKURUNZIZA- fin avril 2015- de nombreuses personnes arrêtées se voient refuser le droit à un conseil et à une représentation indépendante.

Plusieurs témoignages récoltés par ASF rapportent que certains membres des forces de police tentent d’empêcher les avocats d’assurer la défense des personnes détenues.

« La détention illégale d’un avocat par les forces de police le 02 septembre dernier met en lumière les intimidations exercées à l’égard de ces défenseurs des droits », peut-on lire dans ce communiqué.

La Chef de mission d’ASF au Burundi évoque également qu’en juin dernier, un avocat défendant l’un des présumés auteurs du putsch manqué du 13 mai 2015 s’est vu empêché de s’entretenir avec son client et a reçu des menaces liées à sa fonction de défense.

« Plusieurs avocats du barreau de Bujumbura ont également rapporté avoir fait l’objet de pression de la part de membres des forces de police », selon toujours ce communiqué de l’ASF.

Face à ces faits, Céline Lemmel la Chef de mission d’ASF au Burundi rappelle que toute personne arrêtée a le droit d’être assisté par un avocat et de communique librement avec lui. Elle interpelle les autorités judiciaires et politiques à respecter les principes constitutionnelles et légaux du pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

227 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 26 %)

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 9 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 3 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 3 %)

Les avocats rejettent les agents de la documentation comme témoins dans l’affaire Gatumba,(popularité : 3 %)

Contradictions autour de la mise en place de la CVR : le peuple attend Godot ?,(popularité : 3 %)

Le président du Parcem libéré : déterminé à combattre la corruption,(popularité : 3 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 3 %)

Carnage de Gatumba : le jugement tombe « à huis clos »,(popularité : 3 %)

Human Rights Watch accuse la police d’user d’une force excessive,(popularité : 3 %)