Le porte-parole du parti UPD-Zigamibanga assassiné


A près de trois mois après l’assassinat du président du parti Union pour la Paix et la Démocratie, UPD-Zigamibanga le 23 mai cette année, son porte-parole vient de subir le même sort. C’est un sentiment de peur des membres de ce parti d’opposition.



Par: Isanganiro , mardi 8 septembre 2015  à 17 : 39 : 21
a

C’était vers 22h 15 minutes dans la nuit de ce lundi quand Patrice Gahungu a été tué par des gens non encore identifiés en chemin vers son domicile dans le quartier Gihosha. Les voisins expliquent qu’ils ont entendu des coups de feu et ce n’est que plus tard vers minuit qu’ils ont constaté qu’une personne était morte au volant de son véhicule dans un virage sur la route reliant le marché de Gasenyi et le chef-lieu de la commune Gihosha.

Patrice Gahungu était le porte-parole du parti UPD Zigamibanga depuis la réunification des deux ailes de ce parti le 17 janvier de cette année 2015. Avant, il était président de la jeunesse de ce parti appelée Imurikizi. Il a également été secrétaire national aux affaires administratives et juridiques, d’après ses compagnons politiques.

Ancien combattant du CNDD- FDD, il avait intégré la police nationale en 2004. Selon cette même source, il a été officier à la police judiciaire de Bujumbura et commissaire provincial à Muramvya. Il a été révoqué en 2007, après avoir dénoncé les abus du parti présidentiel, ajoute cette source. Les mêmes informations précisent que c’est à partir de cette année qu’il a adhéré au parti UPD Zigamibanga.

Ces compagnons politiques disent qu’après les élections de 2010, Patrice Gahungu a été arrêté et conduit au Service National des renseignements où il aurait été sérieusement torturé.

Né en 1972, sur la colline et commune Bweru en province Ruyigi, il avait une licence en droit. Il laisse une femme et quatre enfants : une fille et trois garçons.

Certains membres du parti UPD Zigamibanga que nous avons rencontrés au domicile du défunt soulignent qu’ils ont peur d’être tués après l’assassinat de Zedi Feruzi chez lui à Ngagara le 23 mai de cette année, et maintenant celui de Patrice Gahungu.

photo : jeuneafrique




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

198 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message