34 % pour entrer au secondaire, le CONAPES s’inquiète


Aux élèves de la 6è année primaire, à un pourcentage de 34%, soit une note de 68/200, l’écolier a accès à l’école fondamentale, c’est la politique de promotion de masse. Le Conapes se dit déçu car, selon ce syndicat, les élèves ne seront plus compétitifs.



Par: Isanganiro , jeudi 10 septembre 2015  à 19 : 22 : 09
a

Les lauréats du concours national de la sixième année édition 2014-2015 entrent en septième année avec une moyenne de 34%, a déclaré ce mercredi la ministre de l’enseignement primaire, Secondaire et de la recherche scientifique, Janviere NDIRAHISHA.

Selon Emmanuel MASHANDARI, président du syndicat Conseil National du Personnel des Enseignants du Secondaire (CONAPES), cette note est trop basse pour permettre à l’élève de suivre les matières du secondaire et d’être compétitif.

« Une telle note démontre le niveau très bas des écoliers et cela va inévitablement avoir des répercussions sur le cursus scolaire de l’élève qui avance avec un tel pourcentage », dit-il.

Emmanuel MASHANDARI précise que les élèves de ce niveau éprouvent des difficultés à suivre les matières de la septième année, du moment que, avec l’école fondamentale, la méthode d’enseignement a changé passant de l’enseignement par discipline à l’enseignement par groupe.

« Cette nouvelle méthode ne permet pas d’enseigner facilement des élèves qui avancent en masse et avec un niveau très bas », regrette Emmanuel MASHANDARI qui s’indigne que la compétition est mise à mal avec les 34 %.

Toutefois, il reconnait que l’école fondamentale est un bon projet mais qu’il fallait le préparer minutieusement au lieu de favoriser une promotion de masse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

453 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  vendredi 11 septembre 2015   à 16 : 05 : 05

Un enseignant qui passe tout son temps en politique n’a plus le temps et les capacites d’enseigner. Mashandari devrait revoir ses curs de psycho-peda et inciter les membres de son syndicat a appliquer certains prncipes. Un enseignant l’est a l’ecole mais aussi chez soi a la maison. Il reste le modele de la societe. Si l’enseignant est signe d’oisivete vous comprenez bien ce que feront ses eleves/etudiants



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 100 %)

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB,(popularité : 23 %)

Conflits fonciers : Attaqué par le parti UPRONA, le président de la CNTB s’en prend à ses employés !,(popularité : 5 %)

Burundi : Journée internationale des consommateurs sur fond de grogne,(popularité : 5 %)

La culture des œuvres de la diaspora se cherche encore ,(popularité : 5 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 4 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 4 %)

La route Makamba-Bururi encore impraticable,(popularité : 4 %)

Electricité : Bientôt le délestage sur fond d’espoir,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)