Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge


Alors que les burundais attendent impatiemment la reprise des flux commerciaux via le port commercial de Rumonge, la situation régresse. Un seul petit bateau commercial a pu accoster audit port ce jeudi 10 septembre 2015. Les personnes qui vivaient grâce à ce port sont désespérées.



Par: Isanganiro , jeudi 10 septembre 2015  à 22 : 47 : 08
a

Ce jeudi 10 septembre 2015, un seul petit bateau de transport des marchandises a pu fournir du Mukeke (sorte de poissons) fumé aux commerçants de Rumonge. La cargaison de ce petit bateau qui provenait de la RDC ne suffisait pas à des centaines de femmes et hommes commerçants qui reçoivent irrégulièrement les produits tanzaniens ou même congolais ces derniers jours.

Alors qu’on était habitué à d’intenses activités commerciales toutes les journées des lundis et des vendredis, très peu de personnes restaient encore dans ce port à 11h. Les dockers étaient déjà rentrés puisqu’il n’y avait plus rien à décharger. Les échangeurs de monnaies n’avaient pratiquement plus rien à affaire de mêmes que les détenteurs de petits restaurants, de petits bars pour ne citer que ceux-là.

Les taxes actuellement appliquées par l’OBR et l’AMPF jugées trop élevées par les importateurs des produits provenant de la Tanzanie ou de la RDC sont à l’origine de cette situation. L’OBR taxe désormais au kilo les produits importés de la RDC alors qu’auparavant, cette taxe était forfaitaire. Quant à l’AMPF, elle exige environ 200 dollars américains à tout bateau qui transite par ce port et cela par jour d’accostage selon un écrit fourni à un commerçant congolais au moment où ces frais ne dépassaient pas au départ 10000fbu selon un autre commerçant burundais.

Ce sont ces nouvelles taxes que les burundais vivant de ce port voudraient que le gouvernement burundais révise à la baisse en leur faveur. Pendant ce temps, Félix Nkurunziza, Directeur des Opérations Douanières à l’OBR n’envisage pas cette baisse sauf si une décision politique y relative tombe.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

285 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 5 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 2 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

Incendie du marché, la RSA, la Brarudi s.a. et… ouvrent leurs portemonnaies ,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 2 %)

Le parti FNL tire la sonnette d’alarme contre la vie chère au Burundi ,(popularité : 2 %)