Ils ont peur de rester à Kiyenzi


Certains habitants de la zone Kiyenzi ne veulent pas retourner sur leurs collines d’origine parce qu’ils ont peur pour leur sécurité.



Par: Isanganiro , vendredi 11 septembre 2015  à 11 : 48 : 09
a

Des maisons sont toujours fermées dans les collines avoisinantes le chef-lieu de la zone Kiyenzi dans la commune Kanyosha. Ce sont notamment les collines de Buhina, Kabuye et Musagara. Dans l’après-midi de ce jeudi les reporters d’Isanganiro ont aperçu quelques rares personnes dans des chemins qui serpentent ces collines. Celles qu’ils ont croisé à Buhina par exemple ont fait savoir qu’ils vont chercher leur petit bétail et des vivres et retrouver là où ils ont trouvé refuge.

Les habitants de toutes ces collines sont rassemblés sur la colline Buhonga, non loin de la paroisse, d’autres sont dans des familles ou chez les amis. Les autres sont maintenant à Nkondo, Kwiraro, Musugi et Nyamaboko, non loin de leurs collines.

Avant de retourner chez eux, ces habitants demandent que les autorités administratives de la commune Kanyosha tiennent des réunions conjointes avec les responsables militaires de Kiyenzi à l’intention de la population de ces collines pour les pacifier. Ils disent ne pas comprendre pourquoi l’administrateur de leur commune n’a pas jusque là donner un message pour tranquilliser la population.

Contacté à ce sujet, l’administrateur communal de Kanyosha Munzerere Jean Berchmas a fait savoir qu’il a rencontré un groupe de personnes à la paroisse Buhonga et qu’il leur a rassuré de rentrer. Il a ajouté que même les autorités militaires leur ont déjà autorisé de regagner leurs ménages.

Ces habitants disent aussi qu’ils ont peur de retourner sur leurs collines parce qu’il y a un climat de méfiance entre eux et les militaires de la position du chef-lieu de la zone Kiyenzi. Selon cette population déplacée, les forces de l’ordre les accusent d’être de mèche avec les assaillants. Ces déplacés disent que ces militaires vont jusqu’à frapper des gens, comme les reporters d’Isanganiro ont pu le constater sur place. Ils demandent qu’ils soient remplacés par d’autres.

Vous saurez que cette position a été attaquée par des assaillants le soir de ce mardi vers 18 heures 30 minutes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

455 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !





Les plus populaires
Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 49 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 10 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 4 %)

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika,(popularité : 3 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 3 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 3 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 3 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 3 %)

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface,(popularité : 2 %)

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC,(popularité : 2 %)