Kayokwe , une commune sans électricité depuis 17 ans


La commune de kayokwe est l’une des 6 communes de la province du Mwaro sans courant électrique depuis 1998 la date de sa création. Les résidents du chef-lieu de cette commune ainsi que les autorités administratives demandent à la REGIDESO d’alimenter ce chef - lieu communal.



Par: Isanganiro , mardi 15 septembre 2015  à 13 : 32 : 08
a

Les habitants du chef-lieu de la commune kayokwe non loin du centre provinciale de Mwaro s’indignent. Ils n’ont pas du courant électrique depuis 17 ans, depuis la création de cette province.

Les habitants de cette entité administrative surtout les résidents disent avoir investi dans la construction des maisons en dure et ne comprennent pas pourquoi le courant électrique n’arrive pas , alors qu’ils ne cessent pas de lancer de demandes.

Ils ajoutent que leurs maisons d’habitation sont louées à 50 mille francs burundais par mois ; alors qu’avec le courant électrique les loyers pouvaient aller jusqu’100 mille francs burundais ou plus.

Les étudiants de l’Université Mwaro sont victimes de ce manque criant de l’électricité à kayokwe ; le centre qui hébergent plus de 60% des étudiants selon l’Administration sur place.

Certains des étudiants rencontrés font savoir qu’ils doivent se rendre chaque soir revoir la matière ; soit au centre provincial de Mwaro ou à kibumbu ; les deux coins alimentés en électricité.

Le conseiller technique de l’Administrateur communal de kayokwe chargé du social et du développement indique que le développement n’est pas possible sans énergie.

Cependant, la commune de kayokwe occupe la sixième position au niveau provincial en matière de développement suite à ce manque criant de l’énergie , ajoute le conseiller technique de la commune kayokwe.

Selon Onésphore NIYUNGEKO le conseiller technique de l’Administrateur de la commune kayokwe et la population du chef-lieu de kayokwe , l’idéal serait de voir un jour le chef-lieu alimenté en électricité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

438 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 31 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 19 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 6 %)

Semaine de la Saint Valentin dans l’archidiocèse de Gitega,(popularité : 5 %)

L’Ombudsman et le Ministre de l’Intérieur dans le collimateur de la COMIBU,(popularité : 4 %)

Muyinga : Des tests de grossesses surprises pour lutter contre les grossesses non désirées,(popularité : 4 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 4 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 4 %)