Protégeons notre planète, Ki-Moon exhorte


Ce 16 Septembre, le monde célèbre la journée internationale pour la protection de la couche d’ozone. Cette couche protège la vie sur terre contre les rayons nuisibles du soleil.



Par: Isanganiro , mercredi 16 septembre 2015  à 16 : 40 : 37
a

En cette journée mondiale, le secrétaire Général des Nations- Unies fait savoir que si le monde n’agit pas vite, de puissants gaz à effet de serre contribueront sensiblement, dans les décennies à venir, au réchauffement d’une planète déjà aux prises avec une trop forte élévation des températures. Il appelle le monde à protéger le climat.

Célébrée depuis le 22 mars 1985, cette journée rappelle tout en chacun à la diminution des gaz à effets de serre, des gaz surtout produits par les pays industrialisés.

Se référant sur le Protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone, Ban Ki-Moon estime que des milliers de cas de cancer de la peau pourront être évités ainsi que des cas de cataracte oculaire.

Le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone constitue l’un des traités environnementaux les plus largement acceptés de l’histoire, un protocole qui prévoit des contrôles juridiquement contraignants sur la production et la consommation nationales de substances appauvrissant la couche d’ozone. Il a atteint l’objectif de ratification universelle, avec 197 pays rappelle le secrétaire général des Nations-unies.

Ne pas brûler des étendues de forêts pour la chasse et l’agriculture est l’une des solutions préconisées par protecteurs de l’environnement en vue de réduire les effets du réchauffement climatique.

Notons qu’au mois de Décembre cette année, Paris la capitale française accueille la 21è conférence sur ce réchauffement climatique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

172 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Sud du pays : plusieurs espèces sauvages disparues



a

Rumonge : neuf ans après, la jacinthe d’eau toujours présente à Rumonge



a

Bujumbura : diminution de la production de poisson, des parlementaires s’interrogent



a

Bururi : Des agriculteurs attendent toujours de l’engrais payé



a

Bujumbura : Le dépotoir de Buterere sera bientôt transféré à Muzinda



a

Rumonge : Kanyenkoko, victime des inondations



a

Edito : Bujumbura disparait à petit feu



a

Bujumbura : la colline Uwinterekwa menacée des fissures



a

Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues



a

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?





Les plus populaires
Sud du pays : plusieurs espèces sauvages disparues,(popularité : 6 %)

Parc de la Ruvubu : Où sont les gestionaires du patrimoine de l’Etat ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : La verdure environnementale se transforme petit à petit en noire,(popularité : 3 %)

TBC : plus de 200 ha de canne à sucre détruits par le feu,(popularité : 3 %)

GASHINYIRA ,Un site historique non entretenu,(popularité : 3 %)

Bubanza : chenilles défoliantes qui ravagent les cultures ,(popularité : 3 %)

Rwegura : l’eau a baissé, bonjour le délestage ,(popularité : 3 %)

Cibitoke : Le lac Dogodogo, petit mais fait vivre beaucoup de familles,(popularité : 3 %)

Bujumbura : diminution de la production de poisson, des parlementaires s’interrogent,(popularité : 3 %)

La Route Nationale 3 de nouveau coupée,(popularité : 3 %)