Bubanza : travaux communautaires ou travaux forcés ?


2000FBU, c’est la somme qui doit être payée désormais par toute personne qui s’absente aux travaux communautaires en province de Bubanza. Cette mesure par le gouverneur de cette province qui doit être relayée par les chefs de collines fait objet de polémique aux habitants de cette province.



Par: Isanganiro , samedi 19 septembre 2015  à 20 : 10 : 25
a

Au cours d’une réunion de sécurité tenue par le gouverneur de la province de Bubanza lundi de cette semaine envers tous les chefs de collines, les chefs de zones, les administrateurs, les présidents des conseils communaux et les représentants des partis politiques ainsi que les représentants des confessions religieuses, le point concernant les travaux communautaires a occupé une place importante dans leurs discussions.

Au moment où le gouverneur Tharcisse Niyongabo parle de deux milles francs burundais par personne absente aux travaux communautaires comme, non pas comme amande, mais comme main d’œuvre pour celui qui est absent, pas mal d’habitants de cette province pensent plutôt que ces travaux vont devenir des travaux forcés puisque celui qui ne se présente pas devra payer une somme de 2000FBU.

Même les participants dans cette réunion au cours de laquelle cette question a été traitée, en ont longuement discuté. Pour Conrado Bucumi, curée de la paroisse Muyebe, il faudrait plutôt organiser des réunions d’échanges et de sensibilisation afin de déterminer les tranches d’âge des personnes qui devront payer cet argent de main d’œuvre.

Il ne comprend pas comment un vieillard, un octogénaire ou un mineur peuvent payer cette somme de 2000FBu et déplorent le fait que les travaux communautaires sont pris aujourd’hui comme une initiative du parti au pouvoir et que certaines personnes s’y présentent avec des tenus du CNDD-FDD, ce qui décourage les membres d’autres formations politiques.

Un autre participant à la réunion a embrayé en précisant qu’après les travaux communautaires, on se rassemble pour échanger dans une petite réunion du parti au pouvoir et les autres personnes n’y trouvent pas place. Il se demande quand les travaux communautaires pourront devenir inclusifs.

Pour Olivier Suguru, président du Conseil communal de Gihanga, il faudrait plutôt bien réglementer les travaux communautaires, en mettant en place une législation y relative, afin que ces travaux soient organisés de la même façon dans tout le pays pour éviter toute polémique.

Le gouverneur de Bubanza, Tharcisse Niyongabo précise que ce message doit être relayé par tous les administratifs jusqu’aux coins les plus reculés de cette province, ce qui est justement une réalité puisque tous les chefs de collines et les administrateurs doivent en parler lors des réunions avec la population.

Au moment où le gouverneur Niyongabo indique que la mesure de faire payer 2000FBu est entrée en vigueur le jour même de cette réunion, pas mal de personnes s’attendaient aux premières rafles de ce samedi.

Léopold Ndayisaba, administrateur de la commune Gihanga indique que les chefs de collines sont à pied d’œuvre pour expliquer la mesure et que les rafles de collecter les 2000FBu de main d’œuvre pour les absents ne devraient pas commencer ce samedi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

822 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 100 %)

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 11 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 9 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 8 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 8 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 8 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 8 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 7 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 7 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 7 %)