Intrigues de l’intelligentsia ou intéret public ?




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 17 février 2012  à 07 : 15 : 11
a

« Je suis père de quatre filles et deux garçons. Pendant la nuit, nous dormons avec ma femme dans une seule et même chambre qui a échappé de justesse à la démolition depuis août 2011 lorsque la direction générale de l’urbanisme a pris la décision de détruire nos maisons injustement », tels sont les propos de Nkwirikiye J. Marie, un habitant de la commune urbaine de Buterere à 6km du centre ville de la capitale burundaise, Bujumbura.

Lui, à l’instar des 22 familles dont leurs maisons ont été détruites dans la localité, indiquent qu’ils sont exposés à des maladies de promiscuités parce que les maisons dans lesquelles ils vivent sont sans toitures pour la plupart.

« Quand il pleut nous nous débrouillons pour dormir parmi les voisins afin de ne pas passer la nuit à la belle étoile, mais les maladies contagieuses, comme la grippe, attaquent en particulier les enfants », ajoute une femme dont l’enfant souffre de cette maladie.

La malaria, une maladie qui fait souvent parler d’elle dans cette région, ne les épargne pas non plus. « Nous aménageons les moustiquaires avant de dormir dans ces semblant de maisons mais certains des nôtres sont malades », indiquent-ils.

Ces personnes s’inscrivent en faux contre la mesure que la direction générale de l’urbanisme a prise de les exproprier de leurs maisons sans mesure d’accompagnement.

« Nous sommes victimes des intrigues de l’intelligentsia burundaise dans les hautes sphères de l’état car la direction générale de l’urbanisme a accordé nos parcelles aux autres personnes et à huit ambassades accréditées à Bujumbura », martèle encore Thérence Ndayisaba.

Pour l’instant ils attendent l’issue de la préoccupation de la part de l’Ombudsman en qui ils disent qu’ils gardent d’ailleurs confiance. Dans cette localité, un homme âgé de plus de soixante ans dont sa maison s’est écroulée sur lui est mort ce mardi de ces blessures.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

827 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 25 %)

Près de 100 jours d’incarcération de Mbonimpa, les messages de soutient tombent,(popularité : 6 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 5 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 4 %)

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Contradictions autour de la mise en place de la CVR : le peuple attend Godot ?,(popularité : 3 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 3 %)

Affaire Gatumba : HRW appelle la traduction en justice d’Agathon Rwasa et Pasteur Habimana,(popularité : 3 %)

La cour Pénale Internationale s’approche, intégralité de son communiqué,(popularité : 3 %)

Les prisons centrales enregistrent des effectifs pléthoriques de détenus ,(popularité : 3 %)