Pas question de faire payer de l’argent aux écoliers !


Il est strictement interdit de faire payer de l’argent aux écoliers et l’inscription est gratuite selon le directeur général au ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Anatole Niyonkuru l’a déclaré ce lundi lors de l’ouverture de l’année scolaire 2015/2016 à Gihanga en province Bubanza. Néanmoins, la situation n’est pas ainsi dans cette province.



Par: Isanganiro , mardi 22 septembre 2015  à 13 : 23 : 24
a

A l’école primaire Nyamabere en commune Mpanda, chaque écolier doit payer une somme de 4350 FBu qu’on appelle frais de construction, de même qu’à l’école primaire de Muzinda en commune Rugazi.

La somme à payer est de 400 Francs. Un enseignant contacté sur place précise qu’il s’agit d’un consensus entre les responsables scolaires et les parents, même si ces derniers ne cessent de se lamenter puisqu’un parent qui a deux, trois, quatre ou cinq enfants à l’école doit payer pour tous.

A l’école primaire Gihanga 1, c’est depuis l’année passée et chaque écolier paie 5000 FBu de construction. A l’école maternelle c’est 20.000 Fbu par écolier et en plus des constructions des écoles, on achète du matériel aux enfants de la maternelle, selon le directeur de l’école.

Joseph Nitunga ajoute que même l’inscription pour cette année scolaire 2015/2016 en 1ère année coûte 5000 Fr de frais de construction.

Pour les écoles assistées par le Programme Alimentaire Mondial, PAM, en ce qui est des rations alimentaires des écoliers, chaque enfant doit payer 500 Fr des travaux de cuisine plus des frais de construction.

La situation se présente ainsi même si beaucoup d’autres écoles de cette province au moment où l’Etat continue de parler de la gratuité de l’enseignement. Anatole Niyonkuru directeur général au ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a clairement expliqué qu’il est strictement interdit de faire payer de l’argent aux écoliers que ça soit lors de l’inscription ou pas. C’était lors de l’ouverture de l’année scolaire 2015/2016 à Gihanga ce lundi.

Anastase Nyandwi est un parent de trois écoliers déplore la situation et dit que si les choses continuent ainsi, il ne pourra pas amener tous ses sept enfants à l’école.

« Je parviens à nourrir mes enfants à peine et quand on a chassé mes enfants l’année passée, je me suis endetté pour pouvoir payer 15000 Fr de frais de construction et je n’ai pas encore remboursé cet argent jusqu’aujourd’hui », dit-il, soulignant qu’il est choqué quand il entend parler de gratuité de l’enseignement.

L’inspecteur provincial à Bubanza Pierre-Claver Niyonzima, indique qu’il n’y a aucun problème si les responsables scolaires s’entendent avec les parents sur le paiement de cet argent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

153 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 17 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 6 %)

L’eau propre, une denrée rare dans la ville de Rumonge,(popularité : 5 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 4 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 4 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 4 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 4 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 4 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 4 %)