Célébration de la fête du mouton dans une extrême pauvreté à Rumonge


Les musulmans de Rumonge se sont joints à ceux du monde entier pour célébrer l’Aïd el-kebir. Mais les moyens financiers n’étaient pas au rendez-vous selon certains musulmans de Rumonge interrogés.



Par: Isanganiro , jeudi 24 septembre 2015  à 19 : 14 : 27
a

Ces adeptes de la religion musulmane se sont rencontrés dans deux places différents à Rumonge : au stade communal de football de Rumonge pour les disciples de HANBAL et à la cour de l’Ecole primaire de Nkayamba sur la Route Nationale 3 à l’entrée de la ville de Rumonge en provenance de Bujumbura pour les disciples de SHAFI’I, indique un fervent musulman rencontré à Nkayamba.

Alors qu’on était habitué à des gros achats surtout en vivres, une petite amélioration dans l’achat notamment du riz et de la viande, ont confié certains commerçants du marché central de Rumonge. Mais, c’est une amélioration qui reste de loin inférieure à celle enregistrée les années antérieures, poursuivent ces commerçants qui déplorent la détérioration du climat des affaires ces derniers jours à Rumonge.

Interrogé alors qu’il sortait du marché sans rien acheter, Saidi place à l’actif de cette situation la paralysie des activités au port commercial de Rumonge il y a bientôt deux mois. La plupart des petits commerçants de Rumonge, surtout musulmans, dépendaient en effet de ce port. Aujourd’hui qu’il ne fonctionne presque plus, c’est tout un monde de consommateurs et de vendeurs qui est oublié.

Cependant, environ 80 vaches ont été abattues à cette circonstance dans la ville de Rumonge. Les musulmans plus riches que les autres se sont organisés pour nourrir les plus pauvres, un signe de solidarité entre musulmans. Et cet abattage va continuer jusqu’à samedi 26sept.-15, nous a signifié un autre fervent musulman.

Il a été l’occasion en or au gouverneur de Rumonge présent à Nkayamba d’appeler les musulmans de Rumonge de sauvegarder la paix comme ils l’ont toujours fait. Pour Juvénal BIGIRIMANA, gouverneur de Rumonge, les musulmans natifs de Rumonge sont naturellement paisibles. Ce ne sont que ceux venus d’ailleurs qui tentent quelques fois des actes insurrectionnels, a-t-il indiqué. Il a en outre déclaré qu’un nouveau cimetière réclamé par ces musulmans dans ces festivités est en cours d’analyse.
.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

215 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Un orphelin cherche désesperemment 5.000 dollars américains pour son opération ,(popularité : 6 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

La Centrale Hydroélectrique de Ruvyironza endommagée,(popularité : 2 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 2 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 2 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 2 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 2 %)

Ouverture de l’année académique à l’ENS sur fond de manque de moyens ,(popularité : 2 %)