Burundi : L’ONU appelle à un dialogue inclusif




Par: Isanganiro , lundi 28 septembre 2015  à 13 : 45 : 12
a

Cet appel a eu lieu le vendredi 25 septembre 2015 au siège de l’organisation des Nations Unies à New York. Le secrétaire général Ban Ki Moon avait reçu le deuxième vice-président de la République du Burundi Joseph Butore, en marge du sommet des Nations Unies sur le Développement Durable. Il s’est montré préoccupé face aux violences et à la crise politique qui persistent encore dans ce pays des grands lacs.

Selon le porte-parole du Secrétaire Général qui a donné le compte-rendu de l’entretien, les deux hommes ont discuté « de l’aide que pourrait potentiellement apporter les Nations Unies aux efforts régionaux en cours pour remédier à la situation dans le pays ».

Il renseigne aussi que Ban Ki Moon offre le plein appui des Nations Unies pour trouver une solution pacifique aux problèmes auxquels est confronté le Burundi. Le n° 1 onusien assure le 2ème vice-président burundais que « l’ONU reste déterminée à travailler avec le Burundi pour renforcer la stabilité et le développement économique ».

Il a toutefois exprimé sa vive préoccupation face à la crise politique persistante et la violence politique au Burundi. « Il a souligné la gravité de la situation des droits de l’homme et a exhorté le gouvernement à accélérer les enquêtes et les poursuites judiciaires contre les individus responsables de violations », poursuit le porte-parole. Cela le pousse ainsi à appeler à la reprise d’un dialogue politique inclusif, sans tarder.

La crise politique au Burundi date de plusieurs mois depuis le 26 avril 2015, au lendemain de la désignation de Pierre Nkurunziza par le parti Cndd-Fdd, le 25 avril, comme candidat présidentiel. Des manifestations contre sa candidature avaient eu lieu à Bujumbura, la capitale, provoquant des heurts violents entre les membres de l’opposition et les partisans du président. M. Nkurunziza a finalement été réélu à sa succession le 21 juillet. Le 25 septembre dernier, a été signé un décret présidentiel portant création d’une commission de dialogue inter-burundais. Mais des leaders politiques et de la société civile y voient juste une manœuvre de diversion.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

235 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message