Muyinga/Les manuels scolaires se font toujours attendre pour l’école fondamentale




Par: Isanganiro , mardi 29 septembre 2015  à 13 : 59 : 40
a

Les élèves se présentent dans les classes depuis plus d’une semaine, mais les enseignants n’ont pas encore commencé à enseigner les programmes de la 9eme année, a-t-on constaté sur certains établissements du centre urbain de Muyinga.

On a peur des conséquences de cette oisiveté des enfants qui passent des jours et des jours à se présenter à l’école sans rien faire, s’inquiète un parent. Si nos enfants sont abandonnés à eux-mêmes pendant près de deux semaines, les jeunes adolescents peuvent acquérir de mauvais comportements, poursuit-il.

Les élèves quant à eux s’indignent contre les enseignants les contraignant à rester à l’école sans rien faire, on est comme des prisonniers, déclare un élève du collège de la COMIBU Muyinga invoquant son droit à l’éducation et réclame donc le début effectif des leçons.

En l’absence des manuels scolaires, les enseignants n’en peuvent rien

Des livres des élèves et ceux des enseignants ne sont pas encore disponibles, a-t-on appris des enseignants. Pour pouvoir dispenser des cours, l’élève doit avoir son manuel, or jusqu’à l’heure actuelle, les directeurs hésitent ὰ fournir ces manuels, regrettent les mêmes enseignants. Les directeurs communaux de l’enseignement ont reçu les matières à enseigner sur des clé USB, les directeurs sont invités à les imprimer et faire des photocopies, a-t-on appris d’une source à la direction provinciale de l’enseignement en province de Muyinga.

La matière disponible sur clé USB peut être enseignée pendant trois semaines en attendant que les livres parviennent aux écoles, poursuit la même source.

Cette manière de diffusion des supports pédagogiques est très onéreux, estiment les directeurs des écoles affirmant qu’ils devront obliger aux parents de contribuer financièrement dans la multiplication de ces manuels même si l’enseignement est dit gratuit à l’école fondamentale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

95 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 56 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 33 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 23 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 8 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 6 %)

Un nouveau code des assurances au Burundi,(popularité : 6 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 5 %)