Un nouveau cercle de réflexion intellectuelle : Murikira Uburundi


Le Burundi connait une crise politique et les esprits s’égarent. Un cadre d’échange formelle entre les intellectuels est nécessaire pour qu’ils contribuent réellement à éclairer la société burundaise : telle est une valeur ajouté initiée par la PARCEM qui a organisé ce cadre ce 30 Septembre 2015.



Par: Isanganiro , jeudi 1er octobre 2015  à 11 : 30 : 13
a

Centré sur le thème « Gestion négociée de l’espace publique », des intellectuels burundais ont échangé sur la crise actuelle, débattant sur les causes de la crise politique au Burundi et ses conséquences. Un manque de compréhension commun entre les pouvoirs publics et les citoyens quand ils exercent les libertés publiques, conduit à une interprétation divergente des manifestations.

Pour Faustin Ndikumana président de la Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités, ce cadre vise à contribuer à sortir de l’impasse que vit le Burundi depuis quelques mois. Ainsi, un cercle de différents experts et des professeurs d’université convergent sur le courage d’interpréter objectivement la loi et son application quant à la gestion de l’espace des libertés publiques.

Selon Béatrice Nyamoya qui a participé dans cette réflexion, le Burundi a touché le fond et il est urgent que des acteurs burundais s’activent pour arrêter les assassinats en train d’être observés, des assassinats dus à une certaine faiblesse d’interprétation de la loi en matière de libertés publiques. Elle propose qu’il y ait un dialogue sans exclusion pour permettre que tout le monde s’exprime afin de relever la vie sociale et politique.

Quant à David Nahimana professeur d’université qui a également donné sa contribution dans cette réflexion, il estime qu’à côté des libertés publiques, les partis politiques, les dirigeants du pays ; la société civile ; les confessions religieuses et des contributions individuelles sont plus que nécessaires pour faire évoluer la situation au pays.

Ce nouveau cercle des intellectuels est organisé par la PARCEM après celui de 1992.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

375 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 3 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 2 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)