Un nouveau cercle de réflexion intellectuelle : Murikira Uburundi


Le Burundi connait une crise politique et les esprits s’égarent. Un cadre d’échange formelle entre les intellectuels est nécessaire pour qu’ils contribuent réellement à éclairer la société burundaise : telle est une valeur ajouté initiée par la PARCEM qui a organisé ce cadre ce 30 Septembre 2015.



Par: Isanganiro , jeudi 1er octobre 2015  à 11 : 30 : 13
a

Centré sur le thème « Gestion négociée de l’espace publique », des intellectuels burundais ont échangé sur la crise actuelle, débattant sur les causes de la crise politique au Burundi et ses conséquences. Un manque de compréhension commun entre les pouvoirs publics et les citoyens quand ils exercent les libertés publiques, conduit à une interprétation divergente des manifestations.

Pour Faustin Ndikumana président de la Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités, ce cadre vise à contribuer à sortir de l’impasse que vit le Burundi depuis quelques mois. Ainsi, un cercle de différents experts et des professeurs d’université convergent sur le courage d’interpréter objectivement la loi et son application quant à la gestion de l’espace des libertés publiques.

Selon Béatrice Nyamoya qui a participé dans cette réflexion, le Burundi a touché le fond et il est urgent que des acteurs burundais s’activent pour arrêter les assassinats en train d’être observés, des assassinats dus à une certaine faiblesse d’interprétation de la loi en matière de libertés publiques. Elle propose qu’il y ait un dialogue sans exclusion pour permettre que tout le monde s’exprime afin de relever la vie sociale et politique.

Quant à David Nahimana professeur d’université qui a également donné sa contribution dans cette réflexion, il estime qu’à côté des libertés publiques, les partis politiques, les dirigeants du pays ; la société civile ; les confessions religieuses et des contributions individuelles sont plus que nécessaires pour faire évoluer la situation au pays.

Ce nouveau cercle des intellectuels est organisé par la PARCEM après celui de 1992.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

369 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 10 %)

Bujumbura : Une marche à Bujumbura contre la nouvelle résolution de l’ONU,(popularité : 4 %)

BURUNDI/NECROLOGIE : Mort du colonel Epitace Bayaganakandi,(popularité : 4 %)

Le torchon brûle au sein du FROLINA ,(popularité : 4 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 3 %)

Le Burundi, absent au 27ème sommet à Kigali pour deux raisons,(popularité : 3 %)

Quelles innovations après deux mandats à la tête du pays ? ,(popularité : 3 %)

La commune urbaine de Mukaza a de nouveaux dirigeants,(popularité : 3 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 3 %)