Certains agents de l’Etat sont complices dans la fraude à Muyinga selon l’OBR




Par: Isanganiro , jeudi 1er octobre 2015  à 12 : 15 : 07
a

" Il est inadmissible que la fraude continue à s’opérer en présence des agents de l’Etat dont des policiers contrôlant la circulation sur les voies routières". Ce cri du coeur est d’Aline Manirabarusha, gouverneur de la province Muyinga au cours d’une réunion regroupant des agents de l’Office Burundais des Recettes (OBR) de l’unité mobile chargée de traquer les fraudeurs, les administrateurs communaux, les responsables de la police, les représentants des commerçants et ceux des transporteurs. Le numéro un réélu de la province estime que la lutte contre la fraude nécessite la conjugaison des efforts de tous les rouages des services de l’Etat en collaboration avec la population.

M. Donatien Bideri de l’unité mobile de l’OBR, évoque les facteurs favorisant la fraude. Il cite des éléments de la police qu’il critique sévèrement en rappelant leur rôle indéniable dans la facilitation de la fraude : « Des éléments de la police qui sont sur la voie publique et sur d’autres axes qu’empruntent les fraudeurs y vont tout en sachant que la mission première est de chercher l’argent ». C’est pourquoi les fraudeurs franchissent, « sans le moindre souci, les barrages des policiers », regrette-t-il.

Monsieur Bideri s’en prend aussi à certains administratifs à la base et à une partie de la population. Selon lui, les premiers comme les seconds sont passifs face à la fraude. Les administratifs à la base jouent la complicité avec les fraudeurs.

La population a été quant à est indexée pour son « comportement rebelle ». A Ce sujet, il rappelle des cas où la population s’en est prise à des agents de l’OBR pour les empêcher de transporter les marchandises saisies.

« Nous avons failli être lynchés à maintes reprises, et nos véhicules ont été caillassés par des gens », a-t-il signifié.

Selon lui la fraude provoque un grand manque à gagner au trésor public d’une part, et concurrence les commerçants loyaux d’autre part. Le responsable de l’unité mobile au bureau de l’OBR de Kobero a précisé que, de juillet à septembre 2015, son unité a fait des recettes de 24 millions de francs burundais provenant de la fraude saisie.

La performance de l’OBR se heurte à l’insuffisance de ressources humaines de l’office et des effectifs de policiers qui les aideraient à contenir les fraudeurs ou la population en cas de résistance aux ordres de l’OBR. « Au départ le bureau avait 14 agents de police, mais il ne nous reste que deux », déplore-t-il. Il est impossible de travailler jour et nuit dans pareilles conditions, justifie-t-il en s’adressant aux commerçants accusant les agents de l’OBR de laisser aussi passer certaines marchandises de la fraude.

Pour le commissaire provincial de la police, c’est vrai que certains des policiers sont complice dans la fraude et a accepté de renforcer la collaboration avec d’autres structures étatiques afin de juguler la contrebande devenue mode opératoire pour bon nombre de commerçants de cette province.

L’administration provinciale instruit la police d’interdire la circulation des voitures à vitres teintées parce que souvent, affirme-t-elle, ce sont ces véhiculent qui transportent des marchandises fraudées en passant par les barrières des policiers comme Gasenyi ou Mukoni à la périphérie de la ville de Muyinga.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

436 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 16 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 8 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 5 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 5 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 5 %)

Muyinga/L’avocat, produit d’exportation,(popularité : 5 %)

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA,(popularité : 5 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 5 %)

Karusi : Un incendie décime le marché de Bugenyuzi pour la deuxième fois en moins d’une année ,(popularité : 5 %)

Les jérémiades des victimes du marché central ,(popularité : 5 %)