L’Accord d’Arusha et la constitution dans la ligne de mire du Président de la république


Ce mercredi 30 septembre 2015, le président de la république s’est adressé à la nation. Dans son discours, il annonce la tenue prochaine d’un dialogue à l’échelle nationale tel que contenu dans son décret du 23 septembre qui institue une commission chargée de mener ce dialogue. Le CNARED rejette.



Par: Isanganiro , jeudi 1er octobre 2015  à 19 : 16 : 27
a

« En analysant le décret du 23 septembre et le discours du 30septembre dernier, on peut tirer 2 conclusions : Pierre NKURUNZIZA veut rejeter l’Accord d’Arusha et réviser la constitution pour se représenter en 2020 », dénonce Léonce NGENDAKUMANA, membre du Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et la Restauration d’un Etat de Droit(CNARED).

Léonce NGENDAKUMANA explique que c’est ce qui est dans l’esprit du Président de la République quand il projette, si besoin est, de recourir au référendum pour qu’il n’y ait plus personne qui interprète l’Accord d’Arusha et la constitution de sa façon. Par ce « pseudo dialogue », renchérit le président du Frodebu, Nkurunziza cherche le crédit de la population pour arriver à ses fins : "Il veut tromper l’opinion nationale et internationale qu’il y a un débat, alors qu’il veut arriver à ses visées en dialoguant avec ses alliés qui ne luttent que pour l’obtention des postes".

Le CNARED ne va pas participer dans ce dialogue

« Nous ne pouvons pas participer dans un dialogue comme celui-là », annonce Léonce NGENDAKUMANA. Il ajoute que le CNARED est prêt à s’engager dans de vraies négociations qui dresseront des pistes pour baisser les tensions, qui fixeront comment redonner l’espoir aux burundais et rétablir la sérénité dans le pays.

Léonce NGENDAKUMANA estime qu’il n’y a que 2 interlocuteurs pour négocier à fond les problèmes du pays : Pierre NKURUNZIZA et ses alliés d’un côté, et le CNARED de l’autre. Et de rejeter la formule de dialogue proposée par le gouvernement : "Il n’est pas question d’un dialogue sur l’échelle nationale qui ne serait que perte de temps".

Léonce NGENDAKUMANA précise que les négociations auxquelles il s’attend seraient organisées dans le cadre, soit des Nations Unies, soit de l’Union Africaine ou de la Communauté Est Africaine ; mais pas du gouvernement NKURUNZIZA que le CNARED ne reconnait pas.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

405 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 2 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 2 %)

La CECI Rumonge obligée de modifier les listes des agents recenseurs retenus,(popularité : 2 %)

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005,(popularité : 2 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)