CIBITOKE/SOCIETE : Extrême pauvreté dans le site des sinistrés de Karurama


Le site de Karurama 3 se trouve dans la commune de Rugombo. Ce site des sinistrés crée-il y a une année et demi héberge plus de 80 familles qui font face aujourd’hui à une pauvreté sans nom.



Par: Isanganiro , mardi 6 octobre 2015  à 07 : 09 : 52
a

Le site de karurama a été créé en 2014 et compte 83 ménages composés de sinistrés de différentes catégories : Il s’agit des rapatriés, des batwa, des démobilisés et les victimes des inondations survenues en 2014 à Mparambo II dans la commune de Rugombo.

Ces sinistrés n’ont de terres cultivables ; la principale cause de la pauvreté à laquelle ils font face . Trouver quoi mettre sous la dent c’est une casse tète disent-ils.

Certains doivent être tacherons pour trouver quoi nourrir leurs familles ; et une somme de 1000 francs qu’ils gagnent par jour ne suffit pas pour une famille qui a 10 ou 7 enfants : nous a révélé une femme rencontré sur place et dépassée par la situation.

D’autres se livrent à la mendicité au marché de Rugombo. Certaines des familles se servent de leurs enfants qui ont déjà abandonné l’école suite à l’indigence.

Le Chef du site Karurama III confirme cette situation humanitaire sans nom. Cette indigence est dû au fait que ces sinistrés n’ont de terres cultivables ajoute ce responsable du site.

Patrice SENKANDAGIYE rappelle que depuis qu’ils ont été installés à karurama, ils ont une promesse de la part du Gouvernement, celle de leur donner de terres ; mais en vain. Il demande que cette promesse soit tenue pour qu’ils puissent sortir de cette impasse.

L’Administrateur de la commune Rugombo dit être au courant de la situation humanitaire dans le site de Karurama. Béatrice KADERI demande cependant à ces sinistrés de faire un effort pour vaquer aux activités diverses génératrices de revenus et ne pas toujours attendre des assistances.

Et à la question de terres promises à ces sinistrés, l’Administrateur communal de Rugombo répond à ces sinistrés qu’il n’y a pas de terres à leur attribuer car la commune n’en a pas.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

190 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 14 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 7 %)

Mbonimpa s’envole pour la Belgique ce dimanche,(popularité : 6 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 6 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 6 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 6 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 6 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 6 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 6 %)

Les enfants inquiets de la situation au Burundi,(popularité : 6 %)