Le syndicat STEB prêt à négocier le retour paisible des enseignants




Par: Isanganiro , mardi 6 octobre 2015  à 17 : 20 : 32
a

A leur retour, les enseignants qui ont fui le pays doivent être réhabilités dans leurs droits. C’est l’affirmation du syndicat des enseignants du primaire et secondaire, STEB, après que certains sénateurs avaient demandé un remplacement automatique des enseignants qui ont fui la crise que traverse le Burundi qui ne se sont pas présenté à l’école avec le début de l’année en septembre 2015.

« Nous voulons entrer en contact avec le ministre ayant en charge l’éducation et la recherche scientifique pour négocier le retour paisible des enseignants qui ont fui le pays », souligne Jérôme BIZINDAVYI secrétaire exécutif du syndicat STEB.

Il souligne que les autorités du ministère de l’éducation ne se sont pas encore prononcées là-dessus.

Le syndicat reste confiant quant à l’attitude du gouvernement sur la réhabilitation des enseignants dès qu’ils pourront rentrer au pays comme il l’a déjà fait pour les enseignants rapatriés qui avaient fui pays depuis les années 1972.

Le premier rendez-vous du syndicat avec le ministre n’a pas été respecté mais ils continuent à parler avec les autorités du ministère termine le secrétaire du syndicat STEB.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

224 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mercredi 7 octobre 2015   à 07 : 44 : 24

Comme on evoque 1972 il faut pas repeter les memes erreurs. On applique le code du travail et c’est tout. L’arbitraire ici n’a pas de place. Celui qui veut jouer les avacats n’a qu’a montrer les preuves.
Discipline d’abord et reclamation apres.
On dirait que ces syndicats sont la pour desorienter les ecoliers. Bientot ce sera le tour des eleves et ecoliers de s’absenter pour n’importe quelle raison et revenir le moment voulu pour exiger l’impossible. Dans un pays regorge de chomeurs le comportement envers le travail doit etre responsable !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 10 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 7 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 5 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 2 %)

Roger Muhizi : L’ordre des médecins indigné par le non respet de la déontologie médicale,(popularité : 2 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 2 %)